Dernières Chroniques

                 

mercredi 31 mai 2017

Impyrium - Tome 1

Éditeur : Hachette. A partie de 13 ans. 352 pages - 16.9€.

Depuis trois mille ans, les Faeregine règnent sur Impyrium.

Pourtant, au fil des siècles, leur magie s'est affaiblie. Aujourd'hui, elle n'est presque plus qu'un souvenir. D'autres mages, plus puissants, convoitent le trône.

Hazel est le dernier espoir des Faeregine. Sa magie paraît sans limites. Mais est-ce une chance ou une malédiction, pour Hazel, pour sa famille, pour Impyrium ?

Même ayant terminé ma lecture de Impyrium il y a des semaines de cela, au moment d'écrire cette chronique je suis encore circonspecte concernant ce roman. Pour moi ce roman est presque un cas d'école : potentiel énorme mais maladresses qui le sont encore plus et ternissent ce qui aurait pu être un début de saga prometteur.

Clairement l'univers développé dans Impyrium est fort intéressant et plein de promesses. C'est un monde complexe, empli de subtilités et de capacités, qui nous est proposé et c'est assez louable d'avoir choisi de développer quelque chose d'aussi travaillé dans un roman jeunesse, un genre où trop souvent des raccourcis outrageusement faciles sont légion. Néanmoins c'est aussi avec cette joli promesse que les ennuis commencent pour Impyrium. En effet l'auteur s'enlise dans son univers et le roman patauge bien vite dans la semoule. Nous sommes assommés de descriptions et d'informations tout au long de notre lecture qui entre très vite en territoire laborieux 2000. Rapidement Impyrium et son récit deviennent bien trop lourds pour que ce soit agréable.

De plus les choix narratifs n'aident pas à alléger cette sensation de lourdeur. En effet Henry H. Neff prend le parti de nous proposer deux narrations : celle de Hazel, princesse de la famille régnante des Faeregine, et celle de Hob, un jeune homme des bas quartiers d'une contrée éloignée. Autant vous dire que leurs parties sont telles le jour et la nuit et l'élément rassembleur intervient beaucoup trop tard dans le roman à mon sens. On passe toute la première moitié du roman à sauter d'un univers à l'autre et cela coupe encore un peu plus le rythme. Personnellement j'étais très intéressée par le monde d'Hazel, les Faeregine, la magie et les secrets qui agitent cette famille pleine de pouvoir, or dès que j'arrivais à me mettre dans le sens de la marche et à me passionner pour leurs histoires, on repassait du côté de Hob et j'avais l'impression de repartir à zéro. Il fallait une nouvelle fois se remettre dans le sens de la marche, essayer de se re-passionner pour ce qui se déroulait de ce côté-ci... avant que rebelote on retourne chez les Faeregine. Bref c'était là encore un obstacle à la fluidité de l'histoire et si à lui seul il aurait pu être aisément surmontable le fait qu'il aille de paire avec un univers et une écriture aussi alambiqués fut clairement un énorme problème.

Ainsi je suis très mitigée concernant Impyrium. Si le potentiel est là et est convainquant, le reste du récit l'est beaucoup moins. Nous sommes vite enlisés dans un univers complexe que l'auteur peine à nous rendre accessible et surtout le rythme du récit, bien trop haché, est un coup de massue de plus. Reste que c'est un tome 1 (même si en cherchant sur Goodreads j'ai appris qu'il y avait une saga prequel qui se passe 3000 ans plus tôt), je suis donc suffisamment intéressée par la suite pour lui donner sa chance. Maintenant qu'on nous a présenté les personnages et l'univers dans ce premier volet, cela devrait être beaucoup plus fluide et agréable non ? 

Note : ★★★☆(2.75)

Merci aux éditions Hachette pour cette lecture.

1 commentaire:

  1. C'est dommage que tu sois un peu déçue par ce livre :/ Toutefois, Impyrium reste un livre que j'ai bien envie de découvrir.

    RépondreSupprimer

❤️