Dernières Chroniques

                 

mercredi 26 août 2015

Meg Corbyn - Tome 1 : Lettres Ecarlates

(lu en VO)
Titre original : The Others #1 – Written in Red
Éditeur français : Grand Format chez Bragelonne et Format Poche chez Milady

Meg Corbyn est une Cassandra Sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et l’incite à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…

Que celui-qui n'a jamais trouvé que beaucoup de romans d'Urban Fantasy (qu'on appelle souvent Bit-Lit en France, ne me demandez pas pourquoi) étaient similaire sur la forme se dénonce ! Moi-même qui ne suis pas forcément une grande adepte de ce genre, disons que j'aime bien mais que ce n'est pas un genre littéraire vers lequel je me tourne en priorité, j'ai très vite remarqué les points communs que l'on retrouve dans une grande partie d'entre eux. De ce fait je m'attendais forcément à que Lettres Écarlates ne fasse pas exception à la règle et reprenne ces très nombreux codes facilement identifiables,,, Quelle ne fut donc pas ma surprise à la lecture de ce premier tome ! Car si il y a bien un roman d'urban fantasy qui casse tous les codes et s'éloigne totalement de ses confrères, c'est celui-ci !

Je ne vais pas vous faire l'affront de vous informer en détail de l'univers développé dans Lettres Écarlates, déjà parce que c'est casse-gueule quand il y a autant de subtilités et surtout car ce serait vraiment pas sympathique de ma part de vous gâcher la découverte, mais je peux tout de même vous dire qu'il est particulièrement riche et original. On comprend très rapidement qu'on est face à une petite mine d'or qui n'aura aucun mal à nous captiver durant plusieurs tomes, il y a tant de créatures différentes et de nuances dans la façon dont les choses sont construites que ce n'est pas un univers qui est prêt de s'essouffler !

Bien sûr les univers originaux et riches cela peut également devenir un problème dans un premier tome et vite perdre le lecteur Néanmoins Anne Bishop utilise l'astuce vieille comme le monde et qui pourtant ne fini jamais de faire ses preuves : l’héroïne qui avant le début évoluait en marge de tout cela et découvre donc les choses en même temps que nous. Et cela m'emmène à la deuxième curiosité de ce roman qui m'a totalement séduite : Meg. Notre héroïne est à l'opposé total de la plupart des héroïnes qu'on peut suivre en urban fantasy et c'est donc une vraie petite bouffée d'air frais. Là où je m'attendais à une énième protagonistes casse-coup et grande-gueule, on a Meg, douce et discrète. Avant d’atterrir chez les Autres et de devenir leur liaison, elle était tenue à distance du monde extérieur puisqu'elle a été élevée en captivité afin que ses dons de prophète du sang soient exploités au maximum. Forcément avec cela elle n'est pas de prime abord la personne la plus socialement adaptée et peut même sembler un peu naïve, néanmoins malgré que sa force ne soit pas aussi visible que chez d'autres héroïnes, on ne peut pas dire qu'elle en manque. Au fil de son adaptation, de ses découvertes, et de ses péripéties, on se rend compte qu'elle possède une force intérieure remarquable qui ne peut que nous la rendre plus touchante et sympathique. J'ai vraiment tout de suite accroché à cette protagoniste atypique et pour ma part c'est sincèrement une belle réussite de création de personnage de la part de l'auteure

Au-delà de Meg il y a bien sur d'autres personnages, l'endroit où vivent les Autres étant peuplés de bien des personnages de toutes sortes. Pour autant s'il y en un qui se dégage du lot, c'est bel et bien Simon le chef de cette communauté qui va avoir bien du mal à s'adapter à cette nouvelle présence humaine malgré toute sa bonne volonté. Et en contrepartie j'ai également eu du mal à m'habituer à lui. Les créatures qui sont développés par Anne Bishop dans ce roman ne sont pas humaines, malgré qu'elle en ait l'apparence, et c'est quelque chose qui se ressent jusqu'à la constitution de leurs caractères. En soit c'est quelque chose de très intéressant, mais il faut s'avouer qu'en pratique cela nous demande un peu d'effort pour arriver à apprivoiser tout ces personnages. Simon m'a plus d'une fois déconcertée par ses réactions/pensées, pour être claire y'a des moments où on se dit que s'il était humain il aurait été diagnostiqué comme schizophrène depuis longtemps, et il a bien fallu qu'il commence à réellement s'habituer à Meg pour que moi j'arrive à m'habituer à lui. Heureusement le roman est plutôt long et prend bien le temps de nous permettre d'apprivoiser les Autres et leurs particularités, cela n'est réellement pas gênant sur la longueur. 

Reste que si je devais reprocher quelque chose à Lettres Écarlates, ce serait peut-être la simplicité de l'intrigue en elle-même. Toute l'originalité reposé sur ce superbe univers et ses personnages bien singuliers, mais pour ce qui est du mystère qui court au fil des pages on ne peut pas dire qu'il devienne surprenant à quelque endroit que ce soit. On essaie pas réellement de nous cacher quoique ce soit sur ce point-là et ce n'est donc pas le roman qui vous laissera sur le bout de votre chaise prêts à bondir de surprise. D'ailleurs si toutes les phases explicatives ou lentes en termes de développement sont superbement bien écrites, même voir les personnages boire un café ne nous ennuie pas, pour ce qui est des phases d'actions j'ai trouvé que c'était un peu moins bien construits. Les passages très rythmés qui se trouvent principalement sur la fin sont un peu brouillons et c'est vraiment les seuls moments qui m'ont donnés du fil à retordre.

Ainsi Lettres Ecarlates a été pour moi une vraie belle surprise. Je ne m'attendais clairement pas à tomber sur un univers si riche et original en urban fantasy, le tout agrémentés de personnages aussi intéressants et attachants. Anne Bishop prend vraiment la peine de planter son décor et de développer ses protagonistes, laissant presque l'intrigue principale en second plan, et pourtant on ne s'ennuie pas un instant. En fait on en redemanderait même encore ! Si vous cherchez une bonne série de Bit-Lit qui saura se détacher des dizaines d'autres c'est sans conteste vers celle-ci que vous devez vous tourner, vous ne risquez pas d'êtres déçus ;)

Note ; ★★★★★

7 commentaires:

  1. Que je suis contente de voir une si couette chronique sur une toute aussi chouette lecture ! Effectivement l'action est vraiment mise de côté dans ce tome (en même temps le reste est très prenante), mais la balance s'équilibre doucement avec les volumes suivants. J'espère qu'ils te plairont tout autant.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce 1er tome ! Hâte de lire le 2ème !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette chronique! Je l'avais remarqué durant sa sortie mais il est vite passé à la trappe! Je pense me l'acheter très bientôt :)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré ce premier tome ! Même si certains passages étaient un peu long pour moi... Je suis une impatiente :P C'est vrai que l'intrigue reste assez simple et que l'action vient très tardivement, mais l'histoire de Meg est tellement prenante... Ce personnage est juste fantastique !

    RépondreSupprimer
  5. Tu m'as vraiment donné envie de tenter cette série! :D

    RépondreSupprimer
  6. Je dois bientôt le recevoir :D J'ai hâte

    RépondreSupprimer

❤️