Dernières Chroniques

                 

jeudi 3 juillet 2014

Violentilla

Éditeur : Rebelle, Collection Sans Visage

Entre ses problèmes de couple et la perte de son emploi, rien ne va plus dans la vie de Simon Fontane. Aussi, lorsqu’il décroche un poste de veilleur de nuit dans l’un des plus beaux musées antiques de sa ville, il pense enfin pouvoir prendre un nouveau départ avec Florian, son fils de huit ans.
Pourtant, tout ne va pas se dérouler comme prévu…
Parmi les statues de marbre, les amphores et autres vestiges du passé glorieux d’Arles, se trouve un objet bien singulier : le sarcophage des amants.
Nuit après nuit, au cœur d’un été caniculaire, des phénomènes surnaturels commencent à se manifester dans le musée. Sur le fil du temps, entre le passé et le présent, Simon va sombrer peu à peu dans les dédales d’un étrange mystère, entraîné par une entité enchanteresse, la troublante Violentilla…

Une fois passé l'attirance envers la couverture, et le fait que ce soit un roman des éditions Rebelle, ce qui a définitivement fini de me convaincre qu'il me fallait lire Violentilla c'est le combo musée antique/Arles. Cela me fait toujours tout drôle lorsqu'un roman est situé dans un lieu que je connais, or j'ai grandi (et vis actuellement toujours) à une petite quarantaine de kilomètres de cette ville. C'est donc un sentiment tout à fait subjectif mais rien que cela m'a charmée... Et bien heureusement ce n'a pas été la seule chose qui su m'être agréable dans cette lecture !

Bizarrement une des choses qui m'a le plus intriguée est la psychologie brute des personnages, qui pourtant semble être un détail qui a gêné pas mal de lecteurs. Pour ma part j'ai adoré le fait que les personnages ne soient pas forcément parfaits, ni toujours agréables. Simon, le héros du roman, a notamment de nombreux travers qui peuvent déstabiliser par leur réalisme. Cela est d'ailleurs particulièrement frappant lorsque sa relation avec sa compagne de longue date, et maman de son petit garçon, est évoquée. L'auteur prend le parti de nous présenter un couple désuni et dont l'amour s'est rapidement transformé en haine. Je pense que c'est la première fois que je lis le désamour d'un couple dépeint avec autant de profondeur et de pragmatisme et je n'ai pu qu'être interpellée. De plus, grâce aux nombreux points de vues représentés dans le roman, cela nous permet de voir avec plus de clarté tous les travers et défauts de chacun. Simon est colérique, Lydie est égoïste, Claire est pathologiquement obsessionnelle, etc... Ce sont des personnages entiers qui jalonnent ce roman, avec des défauts totalement assumés, et si cela peut déstabiliser j'ai personnellement adoré ça !

La dimension surnaturelle du roman est également bien travaillée et intégrée de manière intéressante dans le récit. On sent bien qu'il y a eu beaucoup de recherches de la part de l'auteure afin de nous offrir une Rome antique plus vraie que nature, et comme je ne cesse de le répéter c'est quelque chose que j'adore. C'est toujours agréable lorsqu'on sent qu'un roman a été travaillé et que l'élément surnaturel n'est pas là juste pour palier d'éventuelles failles. Le seul petit défaut que je pourrais reprocher à Violentilla concerne cependant cette intrigue surnaturelle qui ne prend, à mon sens, pas assez d'importance dans le roman. Bien sur qu'elle est présente et au cœur du récit, néanmoins j'aurais apprécié qu'elle soit encore plus développée et exploitée. Je crois que je l'ai tellement appréciée que j'aurais aimé en voir plus encore ! 

Pour finir, le style de l'auteure est quant à lui très agréable et intéressant. Corine M. a choisi d'alterner les points de vues entre les différents protagonistes, tout en gardant une certaine linéarité grâce à une narration constamment à la troisième personne du singulier malgré tout. Cela permet d'approfondir tous les personnages tout en gardant une cohésion de base bien agréable.

Violentilla est donc un roman captivant, particulièrement grâce à son thème original et ses personnages entiers. L'auteure prend le risque de sortir des sentiers battus, surtout en terme de protagonistes, et pour ma part les risques ont été payant à 100% ! Mon seul petit regret est que l'intrigue surnaturelle pure n'est pas pris plus d'importance et de profondeur encore. Néanmoins Violentilla reste un séduisant et délicieusement déstabilisant moment de lecture.

Note : ★★★★★ (4.5)

Merci aux éditions Rebelle et à Babelio pour cette découverte.

8 commentaires:

  1. J'avais déjà remarqué ce roman, ta chronique ne fait qu'accroître mon envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  2. J'avais beaucoup aimé le début de cette histoire, puis je me souviens d'avoir quelque peu décroché au bout d'un moment... (je l'avais lu lorsqu'il était auto-publié). Mais ça reste une bonne lecture avec de l'originalité et des personnages très crédibles (tout n'est pas rose...)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai été attirée par la couverture que j'adore mais le résumé ne me tente pas du tout... mais ta chronique m'a juste donné envie de courir l'acheter!!! J'ai très très très envie de le lire maintenant! :D

    RépondreSupprimer
  4. C'est un super roman. Le fait que les personnages ne soient pas parfait cela le rend plus crédible. J'ai était aussi enchanté de lire un livre dont l'intrigue ce passe dans cette ville, cela me la fait découvrir.

    RépondreSupprimer
  5. Cette couverture est vraiment belle (même s'il elle fait un peu froid dans le dos :p).

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connaissais pas ce livre mais ta chronique m'a donné envie de le lire !
    J'aime beaucoup la couverture aussi :)
    ~Maya~

    RépondreSupprimer
  7. "j'ai adoré le fait que les personnages ne soient pas forcément parfaits, ni toujours agréables." Ah je suis comme toi, je préfère quand il y a du relief dans les caractères des perso.. ça les rend plus authentiques je trouve !

    J'ajoute le titre à ma WL ;)

    RépondreSupprimer

❤️