Dernières Chroniques

                   

vendredi 4 mai 2018

Alabaster & moi










Titre original : The Disreputable History of Frankie Landau-Banks
Éditeur français : Hachette
Traductrice : Amélie Sarn
Sortie française : 7 mars 2018
Nombre de pages : 260
Prix : 17€
A partir de 14 ans








Frankie Landau-Banks n’est pas le genre de fille à accepter qu’on lui dise « non ». Surtout quand « non » signifie l’exclusion d’une société secrète. Encore moins lorsque ladite société, exclusivement masculine, est dirigée entre autres par son petit ami.

Frankie Landau-Banks est le genre de fille déterminée à montrer aux garçons du pensionnat huppé d’Alabaster qu’elle est plus intelligente qu’eux.

Du genre à prouver qu’elle peut changer le monde à l’aide de betteraves en boîte et de soutiens-gorge.

Alabaster & moi est une sortie française toute récente et est écrit par E. Lockhart. E. Lockhart c'est l'auteure de Nous les menteurs et Trouble Vérité, deux romans qui se construise autour de mystères et d'ambiances lourdes très singulières. Néanmoins il me semble important de souligner que Alabaster & moi est un ouvrage totalement différent des deux précédents cités. D'ailleurs si c'est une nouveauté pour le lecteur français, le roman est loin de l'être puisqu'il est sorti début 2008 en version originale et à l'époque l'auteure écrivait des choses bien différentes de ces mystères récemment sortis. Elle a notamment commencé la série contemporaine des Ruby Oliver en 2010, série que j'ai lu, et trouvé sympa, y'a plusieurs années, sans pour autant faire le rapprochement avec l'auteure avant aujourd'hui alors que j'ai pourtant lu Nous les menteurs et Trouble Vérité. Pour vous dire à quel point le style de l'auteure a évolué en une décennie !

Personnellement ce qui m'a tout de suite séduite à la lecture du résumé c'est l'idée du pensionnat. J'adore l'ambiance assez particulière qui se dégage souvent dans les romans où les héros sont internes dans un lycée, qu'il soit d'élite ou même de redressement. Mais alors le fait qu'on nous promettait ici de la société secrète au programme et une petite rébellion féministe, ça semblait avoir été écrit spécialement pour moi tout ça. Malheureusement si j'ai passé un moment sympa je n'ai pas non plus été particulièrement emballée.

Il faut dire que le côté société secrète m'a semblé un peu trop en retrait. L'histoire tourne beaucoup autour des histoires de garçons de l’héroïne ce qui enlève un peu d'intérêt et ralenti considérablement le rythme par moment. J'aurais vraiment aimé que ça aille plus vite, qu'il y ait plus d'approfondissements sur pas mal de points qui auraient mérité d'être plus complexes. Surtout que y'a tout ce côté à première vu féministe de Frankie qui veut bousculer les choses et renverses les codes de ces sociétés secrètes misogynes qui refusent les filles... Mais là encore c'est pour toutes les mauvaises raisons et finalement l'idée du "girl power" retombe comme un soufflet tant son héroïne est auto-centrée. Clairement elle m'a vite agacée à se croire plus maligne que tout le monde (spoiler alert : elle ne l'est pas) et j'ai eu du mal à vraiment m'intéresser à ses péripéties, de ce fait j'ai eu encore plus de mal à réellement me sentir investie dans ce livre et c'est sûrement pour ça que je l'ai trouvé globalement moyen.

Ainsi même si Alabaster & moi a été une lecture simple et rapide, en même temps le roman ne fait que 260 pages, je n'ai pas été plus convaincue que cela. Frankie, l’héroïne, m'a vite semblé insupportable et l'ambiance particulière des pensionnats que j'affectionne tant n'a donc pas suffit à m'embarquer. Clairement c'est un roman que j'oublierais bien vite ce qui est dommage car les prémices étaient vraiment prometteurs.




(2.5)


Merci aux éditions Hachette pour l'envoi de ce roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

❤️