Dernières Chroniques

                   

vendredi 30 mars 2018

Libération








Titre original : Release
Éditeur français : Gallimard
Traducteur : Bruno Krebs
Sortie française : 15 Février 2018
Nombre de pages : 288
Prix : 14.90€ (10.99€ en numérique)
A partir de 13 ans









Un samedi d'été, dans une banlieue paumée. Adam Thorn ne le sait pas encore, mais sa vie est sur le point de basculer. Asphyxié par sa famille, harcelé par son boss, tiraillé par des sentiments contradictoires, gay, définitivement gay, Adam voudrait juste avoir le droit d'aimer.
Pendant ce temps, au bord du lac, l'esprit d'une jeune fille assassinée se réveille, en quête de vengeance...
L'un et l'autre trouveront-ils la libération à l'issue de cette intense et surnaturelle fichue journée ?

Libération est mon premier roman de Patrick Ness, un auteur assez populaire dont j'entend très souvent parler (d'ailleurs sa série Le Chaos en Marche est dans ma wish list et sortira au cinéma l'an prochain). Eh bien je dois dire que cette première découverte de l'auteur est plutôt une réussite. "Plutôt" car y'a quand même eu un mais à un moment donné...

Dans Libération nous suivons Adam, dix-sept ans, fils de pasteur et gay. Le jeune homme est tiraillé entre d'un côté des attentes parentales étriquées et de l'autre sa sexualité. Sa vie amoureuse est compliquée, il n'arrive pas à se donner à 100% dans sa nouvelle relation puisqu'il n'arrive pas à se détacher des sentiments qu'il éprouve pour son ex, et son boss le harcèle. Bref la vie d'Adam est au bord de l'implosion entre faux-semblants et négations et c'est lors de ce samedi que nous allons suivre dans le roman que les choses vont changer.

Au fil des heures de cette journée, Adam va se confronter à ses peurs, ses angoisses, pour trouver sa voie et sa place. Qu'il s'agisse de sa famille qui ne veut pas voir son homosexualité, du harcèlement sexuel dont il est victime au travail et qui va arriver à son point culminant, de ses relations amoureuses compliquées, et teintées des a priori de communautés religieuses très fermées, ou encore de son angoisse viscérale de la solitude, le jeune homme sera mis à l'épreuve sans concession tout au long de Libération.

L'auteur n'hésite pas à aborder des thèmes divers et variés qui sont universels et parleront à tous. Personnellement j'ai été très touchée par le conflit d'Adam vis à vis de sa foi et des idées très étroites qui lui ont été martelées par cette famille où la religion est au cœur de tout. Cette peur de ne pas être accepté, voir carrément rejeté, par sa propre famille est très puissante et particulièrement bien restituée par Patrick Ness. D'ailleurs je dois dire que l'ensemble des épreuves traversées par Adam sont particulièrement forte et bien servies par la plume de l'auteur. On ressent avec beaucoup d'émotion sa peur de ne pas être cru et de ne s'attirer qu'encore plus d'ennuis alors qu'il est confronté au harcèlement sexuel, dont on sait que beaucoup de victimes se taisent par honte et parfois par une culpabilité créer par l’agresseur lui-même. Ses hésitations et tâtonnements dans ses relations amoureuses parleront également à beaucoup, au-delà même des aspects rendus encore plus chaotiques par une homosexualité parfois peu assumée. Bref le parcours initiatique d'Adam est universel et la plume délicate de Patrick Ness ne fait que le sublimer.

Néanmoins, et on en vient au fameux "mais" que j'évoquais en début de chronique, il y a un autre aspect à ce roman qui n'a décidément pas fait mouche en ce qui me concerne. Le résumé l'évoque d'ailleurs, il y a une partie du roman consacré à l'esprit d'une jeune fille assassiné qui s'éveille en quête de vengeance. Si vous vous demandez quel est le rapport entre cet esprit et l'histoire d'Adam, je vous rassure, après avoir lu le roman la question demeure. En effet, le seul lien entre les deux est la thématique de la libération, l'esprit recherchant la paix après une fin traumatique, et c'est tout. Toute cette partie autour du fantôme prend la forme d'espèce d'interludes qui jalonnent l'histoire, coupant le rythme du récit principal, avec en plus un changement narratif assez déroutant et brouillon. J'ai cru comprendre que Patrick Ness aimait bien apporter des petits aspects paranormaux de ce genre dans ses romans, je ne sais pas si c'est autant décalé dans ses autres livres ceci dit, mais en tout cas dans Libération les pièces s'emboîtent mal et cela devient la vraie faiblesse d'un récit qui tenait jusqu'alors particulièrement bien la route.

Vous l'aurez compris, j'ai apprécié Libération pour l'histoire d'Adam. Pour ce garçon criant de vérité, pour son parcours plein de vivacité et réalité, pour ses questionnements et ses doutes. J'ai aussi été transportée par la manière dont Patrick Ness nous emmène dans son récit et par les choix auquel il confronte son héros. Par contre j'ai été beaucoup moins convaincue par le côté surnaturel de l'esprit qui vient entacher une partition jusqu'alors sans fausse note. Si je comprend que l'auteur ait voulu illustrer la thématique de la libération sous un autre jour, je déplore la manière en demi-teinte dont il a choisi de le faire. Reste que, malgré cela, Libération parle surtout d'Adam et vaut bien la peine d'être lu.



2 commentaires:

  1. Elle est vraiment belle ta chronique ! Bravo ❤️
    Je lirais certainement ce roman pour rencontrer Adam, comme toi ce sera mon premier de l’auteur !

    RépondreSupprimer

❤️