Dernières Chroniques

                 

mercredi 24 août 2016

Songe à la douceur

Éditeur : Sarbacane, collection Exprim'. 240 pages - 15.50€

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?


Un roman écrit en vers cela a de quoi interpeller, intriguer, captiver. Cela a aussi de quoi inquiéter, effrayer, alarmer. Très honnêtement je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai lu un récit en vers avant Songe à la douceur, je ne suis même pas certaine de l'avoir déjà fait tout court. Pourtant lorsque les éditions Sarbacane m'ont proposé de lire Songe à la douceur je n'ai pas hésité bien longtemps, j'ai tellement apprécié Les Petites Reines de Clémentine Beauvais que dès lors que j'ai su qu'il s'agissait de son nouveau roman j'étais prête à le lire peu importe son sujet.

Bien sûr au moment d'enfin m'attaquer à la lecture de Songe à la douceur je n'étais pas sans appréhensions et craintes face au challenge. Mes principales peurs étaient d'avoir du mal à suivre le flot de la poésie, de ne pas réussir à réellement m’immerger dans le récit ou même de ne pas m'attacher aux personnages. Des peurs qui ont bien vite été balayées alors que je dévorais l'histoire de Tatiana et Eugène sans pouvoir m'arrêter avant d'avoir tourné la dernière page. 

Les deux personnages m'ont beaucoup plu et je n'ai donc eu aucun mal à m'attacher à eux. Le roman oppose deux moments de leurs vies, l'été où ils se rencontrent et leurs retrouvailles dix années plus tard, ce qui offre un parallèle intéressant et démontre plutôt joliment leur complémentarité. A quatorze ans Tatiana est une jeune fille fleur bleue et pleine d'imagination qui tombe amoureuse d'Eugène, taciturne et déjà désabusé malgré ses dix-sept ans. Dix ans plus tard c'est une Tatiana bien plus terre à terre et un Eugène qui semble chercher à retrouver cette forme d'innocence propre au premier amour qui se retrouvent. J'ai beaucoup apprécié de voir ces différents aspects de leurs personnalités à deux périodes charnières de leurs vies, cela les ancre dans une certaine réalité et permet de faire sortir la romance même des sentiers battus. 

Néanmoins c'est la plume de Clémentine Beauvais qui rend cette histoire si envoûtante et touchante. Elle est arrivée à développer son histoire sur une corde très fine à mon sens. En effet l'écriture en vers fait toute la poésie du roman mais on l'oublie pourtant très vite paradoxalement. On se laisse complètement porter par la mélodie des mots sans qu'elle ne nous submerge pour autant, c'est vraiment un exercice de style incroyablement osé et subliment effectué.

Ainsi j'ai énormément appréciée ma lecture de Songe à la douceur, un roman singulier qui nous embarque dans une aventure romantique et poétique à ne pas rater. LE roman de la rentrée à se procurer ! 

Note : ★★★★★


Merci aux éditions Sarbacane pour l'envoi de ce roman.

5 commentaires:

  1. Heureuse que tu aies aussi aimé ce roman, j'ai été totalement transporté par l'histoire, les personnages et la poésie *-* !!

    RépondreSupprimer

  2. Tu m'as conquise ! Ce roman a l'air : magnifique.

    RépondreSupprimer
  3. IL ME FAUT CE ROMAN !!! Mais à la FNAC j'ai hésité entre lui et Charlie+Charlotte et c'est le second qui a gagné (lu en une journée d'ailleurs et bah quel coup de coeur !). Bref la prochaine fois que je le croise je le prends !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai tellement envie de le découvrir!! Je n'en entend que du bien!

    RépondreSupprimer