mardi 9 août 2016

Salvagers - Tome 1 : Cargo Abandonné

Éditeur français : éditions Reflexions. 120 pages -16€

Dans le futur, les mondes habitables sont connectés par le commerce des ressources naturelles et artificielles. Pour certains systèmes, l’import / export est florissant, mais pour d’autres, ils sont à la merci de grosses entreprises. Après la fin de la Guerre Galactique, la paix s’est établie, mais sur certaines planètes où les ressources se font rares, la contrebande se développe rapidement, avec son lot de guérillas et de pillages. Malgré cette paix apparente, la violence et les destructions ne manquent pas, et bon nombre de vaisseaux se retrouvent abandonnés dans l’espace. Ils sont alors classés en tant qu’ « épave » et des équipes mandatées par le gouvernement ou bien les compagnies elle-mêmes sont envoyées pour faire le nettoyage. C’est un travail à haut risque, suivant ce que l’on découvre dans les vaisseaux, et ils faut être préparé à tout. On appelle ces équipes les SALVAGERS… Venez suivre les aventures de l’une d’entre elles !

Je vais pas vous mentir, ce qui m'a fait cocher Cargo Abandonné lors de la dernière masse critique BD c'est bel et bien le côté "Gardiens de la Galaxie" que dégage la couverture et le résumé. Vous le savez peut-être (ou pas puisque je parle très rarement des comics que je lis sur le blog... j'ai déjà assez de retard sur mes chroniques romans sans en rajouter) mais je suis assez fan de l'univers Marvel et de la plupart des personnages qui y évoluent. Du coup j'ai été intriguée et après quelques recherches, qui m'ont appris que le projet Salvagers remonte à 2007 et date bien d'avant l'explosion médiatique des Gardiens de la Galaxie suite à leur film, je l'étais encore plus. En effet Salvagers est une série de comics indépendants financés via Kickstarter aux US et je suis certainement la personne la plus inculte en terme de comics indépendants puisque je n'en ai jamais lu aucun. Autant niveau littérature je lis sans soucis des éditeurs indépendants et des auteurs auto-édités, autant en comics je suis très prisonnière des labels Marvel et DC Comics.

Le truc qui me faisait le plus peur en commençant Salvagers était de ne pas arriver à accrocher et à totalement oublier les comparaisons inévitables avec les Gardiens. Néanmoins j'ai très vite sorti l'équipe de Marvel de mon esprit pour me plonger dans les aventures des Salvagers. Si l'idée de découvrir un nouvel univers peut faire peur, ici bien assez de codes de la science-fiction sont repris pour que l'on ait l'impression d'être en terrain semi-connu. On ne perd donc pas trop de temps à se poser de questions sur l'univers ou les personnages et on embarque dès la premières planches dans l'histoire.

Le récit est assez fluide, bien qu'on ait pas forcément le temps d'entrer vraiment dans les détails, et le rythme reste plutôt constant même avec une deuxième partie consacrée à une petite backstory. Après je dois dire que si j'ai plutôt bien accroché à l'histoire et que j'ai trouvé les personnages sympas, les graphismes m'ont parfois moins convaincue. Les planches sont très belles, aucun doute là-dessus, mais pour les scènes d'action cela a un rendu assez lourd qui manque de mouvement. En soi cela n'est pas forcément gênant mais à une histoire telle que celle-ci qui se prête à pas mal de mobilité, c'est un peu dommage. Cela réduit l'impact de l'histoire et nous laisse en surface de tous les moments qui auraient du être bien plus exaltants.

A noter qu'après la quatrième partie de Cargo Abandonné on a doit à la première partie de Salvagers : The Deliverance qui est un spin-off (si je ne dis pas de bêtises). La plus grosse différence entre les deux séries, outre le fait que cette équipe-ci est une équipe de salvagers freelance, est que George Acevedo laisse sa place à Luca Cichitti aux dessins. Le rendu est donc d'emblée assez différent, d'autant plus que le coloriste n'est également pas le même, et me plait personnellement moins, néanmoins cela peut être sympa d'avoir un ajout à la série avec une autre équipe afin de mieux développer l'univers.

En conclusion j'ai plutôt bien apprécié ma découverte de Salvagers. Sans avoir été totalement séduite, j'ai passé un agréable moment et c'est donc le principal. Globalement j'ai eu un petit sentiment de survolé, principalement car c'est un premier tome je pense, et cela explique ma note assez mitigée, mais le potentiel est clairement là.

Note : ★★★☆ (3.5)

Merci à Babelio et aux éditions Reflexions pour cette découverte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire