Dernières Chroniques

                 

vendredi 20 mai 2016

Black Lies

Éditeur français : Hugo Roman, collection New Romance 

Je m'appelle Layana Fairmont...et j'aime deux hommes.

Brant, qui a fait fortune dans les nouvelles technologies dès son vingtième anniversaire. Cela fait trois ans que nous sortons ensemble. Il m'a demandée en mariage quatre fois. J'ai refusé quatre fois.

Lee, qui est jardinier quand il n'est pas occupé à courir les femmes aux foyers. Il sait se servir de ses mains, de sa bouche et de son corps. Cela fait deux ans que je ne peux pas me passer de lui, je ne suis pas même pas certaine qu'il en soit conscient. Allez-y, jugez-moi ! Vous ne pouvez pas imaginer les conséquences que cette situation entraîne.

Et si vous pensez avoir déjà lu ce genre d'histoire, croyez-moi, vous vous trompez !

« Et si vous pensez avoir déjà lu ce genre d'histoire, croyez-moi, vous vous trompez ! » Cette phrase qui conclu le résumé de Black Lies suffit à intriguer et, pour ma part en tout cas, à faire passer le roman en tête de wish list. La promesse d'une romance totalement différente des autres ? C'est ambitieux, tellement ambitieux que cela a de quoi laisser dubitatif même. Après tout, en romance plus encore que dans d'autres genres, il y énormément de codes qui se retrouvent de livre en livre. Et puis franchement qu'est-ce qui ressemble plus à une histoire d'adultère qu'une autre autre histoire d'adultère ? Sauf que voilà, la promesse du résumé de Black Lies n'est pas faite à la légère. Car oui, Alessandra Torre arrive réellement à nous proposer une romance qui ne ressemble à aucune de celles qui peuplent les librairies.

Il faut tout de même d’emblée souligner que cette originalité ne vient pas sans éléments qui ont de quoi rapidement déstabiliser le lecteur. En effet, alors que la narratrice Layana nous raconte son histoire qui s'étale sur plusieurs années, on manque cruellement de repères. Le seul élément qui peut vaguement nous aider à nous aiguiller concerne des marques de temporalité apposées sous forme de « X années/mois plus tôt » aux débuts de chapitres. Des marques qui elles-même sont biaisées puisqu'on ne sait pas jusqu'à la fin quel en est l’événement de référence. On ne met donc pas longtemps à comprendre que Layana nous laisse volontairement dans le flou et cela pourra donc en frustrer plus d'un. Néanmoins si cela a de quoi déstabiliser, frustrer, ou tout ce que vous voulez, on ne peut pas pour autant dire que ce soit un point négatif à la lecture. C'est un effet stylistique clairement choisi et assumé par l'auteure et sans lequel le roman perdrait certainement de son charme. C'est ce mystère qui participe à nous rendre l'histoire si intéressante et addictive, si Layana avait été honnête avec nous dès le départ l'ensemble aurait certainement perdu de sa magie.

Au-delà de cet aspect du roman l'histoire en elle-même n'a pendant de nombreuses pages rien de bien original. Layana est une jeune femme qu'on a du mal à réellement comprendre, ses attitudes et pensées, tronquées par les secrets qu'elle garde, ont de quoi nous laisser dubitatifs plus d'une fois. Quand on y repense une fois le roman terminé on la comprend mieux mais sur le moment, quand on découvre l'histoire, elle nous agace plus qu'autre chose. La nana « tiraillée » entre son fiancé officiel, riche et attentif, et son amant, pauvre et bad boy, ça ressemble à un mauvais épisode de Desperate Housewives ! Les personnages nous semblent donc assez clichés à la lecture et ce qui nous fait avancer c'est réellement les secrets précédemment évoqués (et dont je ne peux vraiment rien vous dire sous peine de vous spoiler).

Black Lies est donc un roman très spécial qui a de quoi déboussoler. D'une histoire qui semble terriblement bateau l'auteure arriver a créer quelque chose d'inédit, la narratrice nous manipule dès les premières pages du roman et ne cesse de jouer avec nos perceptions des événements jusqu'à la fin. Si personnellement j'ai senti arriver le twist final assez tôt dans le roman, certains raccourcis pris pas l'auteure pour rendre son histoire viable m'ayant sautés aux yeux, cela n'a pas du tout gâché ma lecture. Au contraire je crois même qu'en me doutant de l'astuce j'ai encore plus apprécié la construction du mensonge pour vous dire ! En tout cas, que vous soyez septiques sur la promesse du résumé ou pas, je vous conseille grandement de découvrir Black Lies... Je sais que certaines personnes refusent de lire des romans où il y a de l'adultère, mais pour une fois, croyez-moi, laissez vos a priori de côté car vous risqueriez de passer à côté d'une histoire vraiment extraordinaire.

Note : ★★★★★

Merci à Mélusine et aux éditions Hugo pour cette découverte.

8 commentaires:

  1. Depuis que j'ai vu une vidéo d'Aurore sur ce bouquin, j'ai très envie de lire ce roman ;) D'ailleurs, je l'ai pris en ebook ^^
    Vu ta chronique, je ne suis pas déçue de l'avoir en ma possession !

    RépondreSupprimer
  2. Okay, il va tout droit dans ma WL, j'espère avoir l'occasion de le lire rapidement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah \o/ Je croise les doigts pour qu'il te plaise :)

      Supprimer
  3. je viens de le terminer et effectivement, cela vaut le coup !!

    ce livre est déroutant, surprenant, inattendu.


    Laetitia

    j'ai eu un peu de mal à m'y mettre car difficile de s'enthousiasmer au départ pour une romance entre un milliardaire et une jeune femme destinée à faire également un riche mariage raisonnable...

    Puis j'ai détesté Layana pendant quelques chapitres après sa rencontre avec Lee et son comportement possessif, jaloux et presque psychopathe .

    Puis j'ai compris.. assez tôt aussi finalement... et là, impossible de lacher le livre, tellement l'histoire est incroyable.

    Je n'en dirais pas plus de peur de spoiler...

    Mais lisez le

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu à peu près le même cheminement que toi :) En tout cas c'est vraiment un roman qui vaut le détour pour son originalité.

      Supprimer
  4. J'ai exactement visualisé du Desperate Housewives en lisant le résumé. Mais pour moi qui ne suis pas une grosse amatrice de romances, ta chronique donne plutôt envie, parce que ce qui me gêne, justement, ce sont les codes (moi, je dis les clichés, mais c'est parce que je suis mauvaise).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, j'ai tendance à dire les clichés aussi (et généralement je soupire d'agacement et lève les yeux au ciel juste après lorsque j'en parle). En tout cas ce roman-ci était une bonne surprise, ça fait plaisir de voir quelque chose qui change un peu en romance.

      Supprimer