Dernières Chroniques

                 

samedi 23 janvier 2016

The Dark Duet - Tome 1 : Captive in the Dark

(lu en VO)
Éditeur français : Pygmalion

La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son « arme » doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera.
La fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée…Elle sera sa conquête.

Dans ce huis-clos étouffant, le bonheur est-il encore possible ?

Captive in the Dark est un roman assez populaire dans ce genre, relativement nouveau, qu'on appelle le "Dark Erotica". Des romans "dark" j'en ai lu, de l'érotique aussi, mais j'étais pas franchement convaincue par ce qu'un mélange des deux allait donner. (Bien qu'en y réfléchissant bien j'ai déjà lu du Dark Erotica sans le savoir puisqu'au début du blog je vous avais parlé du roman Conséquences). L'érotique dans un conteste dark, fait pour mettre mal à l'aise le lecteur, ça promet forcément des trucs glauques ce qui peut donc vite devenir très, très, compliqué à gérer pour l'auteur. Après tout l'érotique est très souvent associé à de la romance, hors romance et sordide ne vont pas de pair.

Si je dois commencer par ce qui m'a agréablement surprise dans Captive in the Dark, c'est l'aspect assez assumé de ce côté dark dans la relation entre les deux personnages principaux. CJ Roberts n'essaie à aucun moment de nous faire croire que la situation qu'ils vivent est normale ou romantique, or c'était un peu l'élément que je craignais le plus. J'avais sincèrement peur que l'auteure nous sorte des excuses à tout bout de champs pour essayer de nous faire passer au dessus de l'aspect lugubre du récit et que les deux personnages finissent par courir sur des arc-en-ciels en se faisant des yeux en cœur. Heureusement ça n'a pas été le cas, du moins sur ce premier tome (j'ai de gros doutes sur la suite par contre), et les horreurs qui se déroulent tout au long de l'histoire ne sont pas rendues romanesques.

Néanmoins je n'ai pas pour autant été super convaincue par la façon dont CJ Roberts a développé ses personnages. En fait je n'ai surtout pas été convaincue par le peu de développement qu'elle leur a apporté. Okay j'ai pas lu beaucoup de Dark Erotica mais je pense que pour qu'un livre de ce genre soit réussi il faut un aspect psychologique très approfondi. Or dans Captive in the Dark on peut pas dire que l'auteure se soit trop cassé la tête sur ce point. De plus l’alternance entre le point de vue de l’héroïne, à la première personne du singulier, et les chapitres avec Caleb, à la troisième personne du singulier, est franchement bancale. Si la différence entre les deux narrations est en elle-même assez judicieuse, la première personne nous rapprochant de Livvie alors que l'utilisation de la troisième garde le personnage de Caleb a distance, elle a le malencontreux effet de casser le rythme du récit. A mon sens l'histoire aurait été dix fois plus immersive et percutante si on était resté dans une narration du point de vue de Livvie, et si en plus ça avait permis de mieux développer la psychologie de son personnage ça aurait carrément pu être terriblement génial.

Je garde donc un ressenti en demi-teinte de ma lecture de Captive in the Dark. Si le roman reste loin de tout romantisme déplacé et se lit avec beaucoup de facilité, le style de l'auteure étant particulièrement simple et efficace, il m'a semblé trop superficiel. J'aurais nettement préféré lire un roman dont le parti prit aurait été de nous immerger plutôt que de rester en surface sans trop pouvoir ressentir les émotions de ces personnages qui nous semblent téléphonées. Je ne suis d'ailleurs pas certaine de vouloir lire le second tome, j'ai peur que tous mes doutes non concrétisés dans ce premier volet s'y réalisent et que ce manque de fond y soit un vrai problème, mais par contre je pense tenter d'autres romans du genre Dark Erotica qui me semble être bien prometteur.

Note : ★★★☆☆ (2.75)

Les chroniques de mes copines de LC : Lucie & Charlotte.

9 commentaires:

  1. Pour moi le thème de ce livre est une putain d'aberration. AMEN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu le but en même temps ^^'

      Supprimer
  2. J'ai absolument rien compris au résumé! ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue qu'en voulant être mystérieux ils ont surtout écrit un résumé qui aide pas beaucoup. En gros c'est l'histoire d'une nana qui est kidnappée par un cartel de prostitution qui veut l'utiliser comme une arme pour détruire un mec encore pire qu'eux. Ambiance.

      Supprimer
  3. j'ai essayé de le lire et je l'ai trouvé franchement deguellasse, désolée pour l'expression mais je trouve ça humiliant, totalement déplacé et je me demande comment ça a pu être publié. pourtant l'érotique ne me dérange pas, mais ce côté voyeur est juste horrible !
    dans 50 nuances de grey, même si anna n'est pas """totalement""" consentante vu qu'elle est un peu perdu dans tout cela, ya de la douceur. ici c'est juste un viol pure et dure sur une gamine qui est terrorrisé et qui n'a pas d'autre choix que de s'attacher à son kidnappeur (le syndrome de stockholm) et il en profite ! alors je ne sais pas si à la fin il se passe quelques choses d'un peu plus joyeux mais mon dieu, je n'ai lu que la moitié et je n'imagine même pas la suite quoi !!!
    je suis du genre assez ouverte d'esprit pourtant mais là non non non et re-non, je ne peux pas cotienner cela,c'est juste abérant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'vais me re-répéter mais c'est le but. A la base c'est un genre littéraire qui repousse les limites, propose un récit qui met mal à l'aise le lecteur et bouscule les codes qu'il connait. Après le marketing du livre en France pose peut-être problème car le résumé n'est pas très clair sur le genre de roman que c'est et certaines personnes, dont toi je pense, ne savaient pas trop dans quoi ils se lançaient.
      Par contre je trouve ça super choquant ce que tu dis sur 50 Nuances de Grey. C'est okay qu'elle soit pas consentante parce que y'a de la "douceur" ? Pour le coup c'est ça que je trouve aberrant. Dans Captive in the Dark c'est très clair que ce qui s'y passe est affreux et ne doit pas être excusable. Je préfère 100 fois lire ça qu'un roman avec un pervers narcissique sociopathe qu'on essaie de me vendre comme un grand héros romantique.

      Supprimer
    2. AMEN ! (on en avait déjà discuté, d'ailleurs)
      Mais très franchement, je ne suis pas sûre que ce genre littéraire soit pour moi. Autant j'aime pas quand y a des licornes et des arc-en-ciel, autant je ne suis pas sûre de réussir à rentrer dans un bouquin qui vend des situations malsaines comme érotiques, même si c'est assumé.

      Supprimer
    3. Disons que c'est pas de l'érotisme classique, les scènes sont pas là pour t’émoustiller quoi (c'est le contraire même), mais du moment que ça rentre dans les détails le label "érotique" est automatique. Après au plus je me renseigne sur le Dark Erotica, au plus je me rend compte que le concept est assez flou (c'est comme le New Adult, les gens te collent des romans érotiques sous ce label parce qu'il est à la mode). Mais dans tous les cas c'est un genre qui n'est vraiment pas pour tout le monde c'est certain ;) (Bon après j'ai vu des gens dire qu'il faudrait carrément censurer ce genre et ça m'a mise super en pétard. On est au 21ème siècle et y'a des nanas qui veulent empêcher certains livres de sortir, bonjour la mentalité qui fait flipper !)

      Supprimer
  4. Bon bien je pense que c'est un livre que je ne lirais pas ^^.

    RépondreSupprimer