Dernières Chroniques

                 

jeudi 26 mars 2015

Séduis-moi si tu peux

Titre original : Bet Me
Éditeur français : Milady Romance, Collection Central Park

Heureux au jeu… Heureux en amour ?

Calvin ne parie que s’il est sûr de gagner. Et Minerva est bien décidée à fuir les séducteurs, toutes catégories confondues.
Pourtant, lorsque Calvin se voit contraint par ses amis d’inviter Min suite à un pari, celle-ci accepte de se prêter au jeu, peu convaincue... À l’issue du dîner, les deux célibataires que tout oppose décident de limiter les dégâts et de ne pas se revoir.
Mais le destin en a décidé autrement. Ensemble, ils devront déjouer la théorie du chaos, faire face à un chat à l’intelligence inquiétante, et à d’autres enjeux bien plus risqués que ce qu’ils avaient pu imaginer.

Les très nombreux avis que j'ai pu lire sur Séduis-moi si tu peux semblaient tous s'accorder pour dire que c'était une romance contemporaine drôle et fraîche. Moi, je m'attendais donc à lire quelque chose de drôle et frais qui me permettrait de passer un bon moment de lecture... Eh bien le moins que l'on puisse dire c'est que je suis tombée des nues que j'ai effectivement lu ce roman. Parce que si je devais choisir deux mots pour décrire cette lecture ce ne serait pas du tout frais et drôle. Non je choisirais plutôt lourd et cliché.

Le cliché tourne à fond dès lors que l'on rencontre nos deux héros Min et Calvin. Il ne faut pas bien longtemps pour que en arrive bien vite à la conclusion qu'ils sont totalement unidimensionnels et sans aucune personnalité. Que ce soit l'un ou l'autre j'avais vraiment l'impression d'être face à deux énormes clichés avec zéro développement qui évoluaient dans un documentaire plat. Parce que oui tout est tellement unidimensionnel dans ce roman qu'on en arrive à avoir une approche presque clinique de l'histoire, pour les éventuelles émotions on repassera. Le pire c'est que ce fléau ne se cantonne pas qu'aux personnages principaux mais touche tous les protagonistes que nous croiseront dans l'ensemble de l'histoire. Tout le monde se résume à un seul trait de caractère et on en reparle plus

Malheureusement l'histoire ne relève pas pour autant le niveau et reste au niveau raz des pâquerettes de ses protagonistes. Son fil conducteur est plat, sans aucune surprise ou soubresaut qui pourraient réellement éveiller notre intérêt (et franchement on s'ennuie tellement que la moindre étincelle d'intérêt aurait été la bienvenue). Bref le roman nous semble interminable et l'histoire qui tourne autour du pot ne fait que renforcer ce sentiment. On passe réellement les 3/4 du roman à tourner autour du "On a rien en commun car tu es frigide/un salaud" pendant des plombes et quand on sait que le roman fait plus de 400 pages ça vous donne une idée du pénible de la situation. On en vient bien vite à vouloir en prendre un pour taper sur l'autre !

Et l'humour... est-ce que je dois vraiment vous parler du soi-disant humour de ce roman ? Parce que j'ai beau le chercher, j'ai vraiment du le rater. La seule tentative que j'ai remarqué manque cruellement de finesse avec un comique de répétition qui s'approche plus du pénible et pathétique qu'autre chose. J'évoque là le comique de répétition qui veut qu'à chaque fois que les héros s'embrasse la meilleure amie de Min débarque pour frapper Calvin... Oui, c'est sensé être drôle. Notez que c'est d'une tristesse tellement navrante qu'au bout du troisième coup on fini par en rire, par dépit mais on en rit. Miracle ! 

Je suis également obligé d'évoquer l'instalove qui parcourt tout le roman avec des mariages qui se planifient après deux semaines de relation pour un peu tout le monde. Sérieusement les protagonistes de ce roman se lancent dans l'aventure du mariage plus vite qu'il n'en faut pour faire un poulet marsala. C'est quoi ce gros cliché encore ? Sincèrement je suis à deux doigts de me demander si le roman n'est pas en fait une parodie comprenant toutes les plus grosses idioties qu'on peut lire en romance contemporaine, parce que la package est si complet que cela en devient effrayant !

Je ne surprendrais donc personne en disant que Séduis-moi si tu peux fut un énorme échec en ce qui me concerne. La fête du cliché et la lourdeur de l'ensemble de l'histoire m'ont donné des envies de meurtres et si Calvin a fini par séduire Min, j'peux affirmer que le roman n'a définitivement pas su faire la même chose avec moi. En fait son seul exploit c'est surtout de m'avoir plongée dans une panne livresque pendant tout le mois de Février... C'est pas demain la veille qu'on me reprendra à lire quelque chose écrit par Jennifer Crusie, croyez-moi !

Note : ★★☆☆☆ (1.75)

5 commentaires:

  1. Ah mince tu n'as vraiment pas aimé ! Je ne l'ai pas encore lu mais c'est vrai que j'en ai lu beaucoup de bien et que je voulais me lancer. Ta chronique me fais réfléchir ^^

    RépondreSupprimer
  2. Désolée que ça n'ait pas marché pour toi. J'avais bien aimé mais j'avais trouvé aussi que c'était un peu lourd.

    RépondreSupprimer
  3. Bah moi déjà quand j'ai vu que l'héroïne s'appelait Minerva et que dans ma tête est apparue la vieille McGonagall, c'était mort pour moi...! :p

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas vraiment envie de le lire donc ton avis ne me fait pas changer d'avis! ;)

    RépondreSupprimer
  5. Boooooum !
    "Oui, c'est sensé être drôle. Notez que c'est d'une tristesse tellement navrante qu'au bout du troisième coup on fini par en rire, par dépit mais on en rit. Miracle ! " Tu me tue :)
    Après l'avis de lecture, d'ailleurs juste le fait de t'avoir poussée dans une panne de lecture, je me dit que tu l'as surnoté hahaha
    Dommmmaaage, je me souviens d'avoir passé un chouette moment de lecture :D

    RépondreSupprimer

❤️