Dernières Chroniques

                 

mercredi 5 mars 2014

Les Insoumis - Tome 1 : The Darkest Minds

(lu en VO)
Titre original : The Darkest Minds #1
Éditeur Français : La Martinière Jeunesse

Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleurs en fonction du danger qu'ils représentent, et parqués dans des camps.

Ruby et quelques autres refusent cette fatalité et s'enfuient. Échapperont-ils à leurs poursuivants? Et surtout, parviendront-ils à maîtriser leurs pouvoirs psi sans perdre leur âme?

Dans un monde à la dérive, leur liberté fait peur. Pourtant, l'avenir est entre leurs mains.

Mon avis : 

Ruby fait parti d'une génération de "montres". En effet, dans la société des Insoumis une épidémie s'est abattue sur la population. Les adolescents et pré-adolescents à partir de l'âge de dix ans sont les seuls touchés et il n'y a aucune issue à ce mal : soit ils succombent soudainement à l'épidémie, soit ils développent des pouvoirs psychiques. Impuissant face à ce virus venu de nul part, le gouvernement crée des camps de "réhabilitation" pour ces jeunes et les y classent selon leurs capacités. Les verts et bleus sont les moins dangereux. Les jaunes, oranges, et rouges, sont vite identifiés comme mortels et sont mis de côté avant de disparaître peu à peu. Ruby est une orange mais a réussi à se fondre parmi les verts au camp de Thurmond où elle a été envoyée le jour de ses dix ans. Plusieurs années plus tard, alors que son secret semble sur le point d'être découvert, la jeune fille s'échappe effrayée par la perspective de finir comme tous les oranges avant elle. A l'extérieur elle fait la connaissance d'autres adolescents échappés qui sont à la recherche du "Slip Kid", un garçon dont la rumeur dit qu'il est un orange ayant réussi à créer une communauté, l'East River, au nez et la barbe du gouvernement. Impatiente d'échapper aux camps et à ceux qui aimeraient l'utiliser comme une arme, Ruby espère surtout trouver en cet autre orange quelqu'un qui pourra lui apprendre à contrôler ses capacités. En effet, un seul contact de la jeune femme peut créer des dommages irréversibles...

 They were never scared of the kids who might die, or the empty spaces they would leave behind. They were afraid of us-the ones who lived. 

Les Insoumis fait parti de ces premiers tomes dont la première moitié peut être difficile à manœuvrer. En effet les premiers chapitres sont quasi exclusivement réservés à l'implantation de la dystopie et à la mise en place de l'intrigue. On nous explique comment la société a été transformée par cette épidémie, sous fond de dette publique et d'effondrement de l'économie, et comment les camps tournent. Il est donc un peu compliqué pour le lecteur d'être réellement plongé dans l'histoire. Tout semble un peu redondant, avec des longueurs, et il est difficile de réellement sentir un lien se créer entre nous et les personnages. Cependant alors que Ruby s'échappe et rencontre les trois autres adolescents avec qui elle vivra son périple, le roman devient tout simplement génial.

Ruby, l’héroïne, est très facilement appréciable pour le lecteur. En effet c'est une jeune femme qui fait preuve de beaucoup de force et détermination. Elle possède également un instinct de survie certain, instinct de survie qui fait malheureusement défaut à beaucoup d'autres héroïnes de dystopies. Globalement, dès que la première partie du roman est passée et qu'on se concentre plus sur les personnages, on s'attache complètement à elle et le phénomène d'identification ne met plus longtemps à se mettre en place. La jeune femme a vécu des choses compliquées dans son passé et les difficultés que son don peut provoquer dans ses rapports avec les autres ne sont que deux éléments qui appuient encore plus la tendresse que l'on ressent assez rapidement à son égard.

Ses trois autres compagnons de route ne sont pas en reste et deviennent rapidement des personnages importants à nos yeux. Liam, le leader du pack, est un très bon exemple du héros de YA totalement swoon-worthy. Sa force et sa sensibilité sont un parfait mélange qui ne manquera pas de le rendre attirant à défaut d'être un "love interest" particulièrement original. Chubs, le second garçon du groupe, est quant à lui un personnage un peu plus complexe qui ne se dévoilera qu'au fil des chapitres. Sa relation avec Ruby étant compliquée nous n'apprenons à l’apprécier qu'alors que leur relation évolue peu à peu. Et finalement il y a Zu, la petite protégée des garçons. Une toute petite jeune fille, qui ne parle plus suite au traumatisme qu'a été sa fuite du camp où elle était pensionnaire, mais qui est tout simplement adorable et sait éveiller la tendresse de Ruby (et la notre).

Au delà des personnages, l'intrigue est très entraînante malgré que les ficelles restent un peu grosses. Il n'est franchement pas très difficile de voir qui a des intentions cachées et qui est digne de confiance, cependant cela n'est pas préjudiciable au roman en lui-même. Le côté dystopique est quant à lui bien développé, grâce notamment à cette première partie un peu laborieuse, et on a assez d’éléments pour que le mystère reste entier tout en étant tangible.

En conclusion Les Insoumis est un TRÈS bon premier tome, malgré une première partie un peu compliquée. Les personnages sont tous très intéressants, la dystopie est originale et sait rester loin de certains codes qu'on a tendance à retrouver dans la majorité des ouvrages du genre, et surtout la fin est atrocement savoureuse. Quand je dis atrocement savoureuse je veux surtout dire que c'est un vrai crève-cœur et qu'on se prend des dizaines d'émotions en pleine poire pour finalement tourner l'ultime page complètement vidé. Un délice.

 Never, never, never. I am never going to forget you. 

12 commentaires:

  1. Bon bah tu confirmes la mise de ce livre dans ma WL. Liloulala était un peu moins emballée que toi mais quand même alors deux avis positifs de deux personnes à qui je fais confiance c'est que c'est forcément un bon livre :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh elle a beaucoup aimé quand même aussi ;) Donc tu n'as pas d'excuse pour ne pas le lire madame !

      Supprimer
  2. J'ai bien envie de le lire maintenant ...! Je vais le rajouter dans ma wish ! Plus qu'à le trouver à l'occasion :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu la trouveras car il est vraiment très sympa à lire :)

      Supprimer
  3. Grâce à vous deux, ce livre rejoint ma wish ! En tout cas, il a l'air super ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes <3 J'espère qu'il va te plaire !

      Supprimer
  4. Mais fiiiiou.... Bon, c'est décidé : lundi, je vais dévaliser la bibliothèque. Tant pis si je me brise le dos sous le poids des livres, mais tu me donnes trop envie, aussi, avec tes chroniques. Voilà, je boude. Et je te fais des bisous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaierais-tu de me faire culpabiliser de te tenter ? :P Engage un porteur de livres ! (Je suis sûre que ça existe comme profession et dans le cas contraire il faudrait l'inventer)
      Boude pas mon petit, tiens un cookie pour toi ! *donne un cookie*
      Des bisous ♥

      Supprimer
  5. Tu me donnes bien envie de le lire ! Ton avis est très tentant :)

    RépondreSupprimer
  6. Ta chronique donne un bon avis positif sur le roman, et même juste après avoir lu le résumé j'étais tentée, il faut dire aussi que j'adore les livres de dystopie! :) Par contre, la couverture m'a laissé un perplexe, étant une grande froussarde, j'ai comme eu peur que ce soit un livre d'horreur... Mais ce n'est pas le cas! Bref, j'ai beaucoup aimé ta chronique et j'ai bien envie de le lire. Je le rajoute de ce pas à ma PAL. Merci! ^.^
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la couverture VF peut laisser perplexe. Elle est pas franchement attirante, pour ne pas dire qu'elle est moche, et en plus elle peut donner une idée erronée du contenu. Donc je te rassure, il s'agit bien d'une dystopie et non pas d'un roman d'horreur ;)

      Supprimer