Dernières Chroniques

                   

Pause


BLOG EN SEMI-PAUSE JUSQU'AU 23/07/18
Les articles qui seront publiés durant cette période sont pré-programmés puisque je serais en vacances.
Vous pourrez suivre mes péripéties sur insta/twitter (lien de mes RS dans la colonne droite du blog) mais je ne répondrais aux mails/commentaires qu'en rentrant car je profite de cette période pour me déconnecter à fond et me ressourcer :)


jeudi 12 juillet 2018

L'Anti-Magicien - Tome 1








Titre original : Spellslinger #1
Éditeur français : Gallimard
Traductrice : Laetitia Devaux
Sortie française : 17 Mai 2018
Nombre de pages : 464
Prix : 18€ (12.99€ en numérique)
A partir de 12 ans









Kelen, 16 ans, est l'héritier d'une des grandes familles qui se disputent le trône de la cité. Il prépare son premier duel pour devenir mage. Mais ses pouvoirs ont disparu. Il doit ruser... ou tricher, quitte à risquer l'exil, voire pire.

Lorsque j'ai reçu ce roman de la part des éditions Gallimard je ne savais pas trop à quoi m'attendre. C'était une épreuve non corrigée, sans couverture avec seulement quelques phrases d'accroche en guise de résumé sur la quatrième de couverture, et je n'avais surtout jamais entendu parler de cette sortie avant qu'elle n’atterrisse dans ma boîte aux lettres. Eh bien sans cet envoi je serais passée à côté d'un vraiment chouette premier tome car j'ai énormément apprécié découvrir l'univers de L'anti-magicien !

Dès les premiers chapitres on s'attache très vite au héros de l'histoire, Kelen. Ce dernier est le fils d'un des plus grands mages de la cité... malheureusement on ne peut pas dire que les pouvoirs aient été héréditaires dans son cas puisqu'il est particulièrement mauvais en magie. Il n'hésite donc pas à ruser et tricher pour tenter de cacher ses lacunes et cela lui apporte assez rapidement des ennuis dans le roman. En effet afin d'accéder au statut de mage, la première épreuve consiste à affronter un autre jeune de son âge en duel. Duel que Kelen arrive à emporter sur son adversaire, fils d'une famille ennemie à la sienne, en exploitant ses failles... sauf que son stratagème est bien vite découvert et que les choses n'iront que de mal en pis à partir de là.

C'est plutôt de touchant de voir avec quelle force Kelen se démène contre ses restrictions afin de faire honneur à sa famille. Après il faut bien avouer qu'en plus de ne pas posséder de vrais pouvoirs magiques notre héros est particulièrement poissard. A croire que tous les ennuis de la terre l'attendent au tournant, prêts à lui tomber dessus dès que l'occasion se présentera. Bien sûr ce ne sera pas sans déplaire au lecteur puisque de fait il se passe toujours quelque chose d'inattendu au détour des chapitres de L'anti-magicien.

Néanmoins si on est très investi dans les péripéties de notre héros, je dois dire que les autres protagonistes du roman restent globalement assez flous car pas assez développés. Le seul autre personnage qui m'a réellement intriguée est donc Furia, la vagabonde que Kelen ne cessera de rencontrer et croiser tout au long du récit. Pour le reste on ne sait pas trop quoi attendre des autres, certains promettent des choses intéressantes pour la suite ceci dit, mais l'histoire est assez dense en elle-même pour qu'on ait aucune sensation de manque.

Il faut dire que le style d'écriture de l'auteur est également très agréable et entraînant. On est vite embarqué dans les péripéties de Kelen mais pourtant l'auteur arrive également à nous familiariser avec son univers au fil des aventures de son héros. Le dosage est vraiment très bon entre aventure et découverte pour un cocktail final explosif !

Finalement L'anti-magicien est presque une gigantesque introduction au reste de la saga sauf qu'on ne s'en rend jamais vraiment compte lors de notre lecture. Le style dynamique de l'auteur et les péripéties haletantes de Kelen ont vite fait de nous passionner et on arrive à la fin de ce roman sans avoir vu les 464 pages passer. Vraiment un roman qui mériterait d'être plus connu !






Merci aux éditions Gallimard pour cet envoi.

mercredi 11 juillet 2018

Tant de raisons de s'aimer










Auteures: N.C. Bastian, Emily Blaine, Juliette Bonte, Lucie Castel, Louisa Méonis, Charlotte Orcival, Hélène Philippe
Éditeur : Harlequin, Collection &H
Sortie : 28 mars 2018 (6 Juin 2018 formats poche et numérique)
Nombre de pages : 448 / 512 (poche)
Prix : 10€ (broché), 6.90€ (poche), 5.99€ (numérique)









Pourquoi résister à l’amour quand il s’impose comme une évidence ?

Parce que c’est lui.
Parce que c’est elle.
Parce que c’est nous.


Trois raisons de s’aimer, à multiplier par l’infini des rencontres et des affinités, des coups de cœur et des coups de foudre.
Sept histoires où l’amour est roi et fait sa loi, sans tenir compte des obstacles et des « oui, mais ».
Quatorze personnages qui voient leur vie bouleversée par une rencontre qu’ils n’attendaient pas ou n’espéraient plus.
Et, toujours, le bonheur sur le chemin.

Quand j'ai vu ce recueil proposé par NetGalley en accès direct lors de leur opé de Mai je l'ai automatiquement ajouté à mes futures lectures. Déjà car c'est toujours sympa de lire des romances légères avec l'arrivée des beaux jours, mais surtout car cela allait me permettre de découvrir les plumes de nombreuses auteures françaises que je n'avais jusqu'à présent jamais lu. D'ailleurs si il y a certaines de ces sept auteures dont des livres se trouvent dans ma PAL (notamment Louisa Méonis, que j'avais eu l'occasion de rencontrer à une séance de dédicace, ou encore Emily Blaine), je ne crois pas me tromper en disant que ça a été sept découvertes puisque je n'avais encore jamais lu aucun roman de ces auteures là.

Bien sûr le risque dans un recueil de nouvelles c'est de ne pas accrocher forcément à tous les récits et à tous les styles... Sauf que les histoires étant très courtes, même si on est pas forcément happé par l'histoire on peut se permettre de persister un peu pour arriver au bout. Honnêtement c'est un très bon moyen de découvrir un.e auteur.e avant d'investir dans un roman par exemple, de la sorte on peut voir si le style d'écriture est de ceux qui nous séduisent. Pour ma part le résultat a été assez mitigé sur ce point. En effet il y a deux nouvelles que j'ai adoré, une qui m'a beaucoup plu, deux qui m'ont été sympathiques sans pour autant m'emporter, et y'en a deux autres qui ne m'ont pas du tout plu et pour lesquelles je suis passée en mode "lecture en diagonale".

Parmi celles qui m'ont totalement séduite on retrouve Tombée pour toi d'Emily Blaine et Toi + moi = le compte est bon de Louisa Méonis. C'est d'ailleurs une aubaine car ce sont justement les deux auteures dont j'ai plusieurs romans dans ma PAL ! J'ai carrément accroché au style de ces auteures et surtout l'humour qui se trouvait dans ces deux nouvelles est carrément le genre d'humour qui me plait. Clairement ça a été un vrai plaisir de lire ces deux petites histoires et si je n'avais pas déjà des romans de Louisa et Emily dans ma PAL j'aurais couru m'en procurer.

Vient ensuite Là où ton cœur me porte d'Hélène Philippe qui sans s'approcher du coup de coeur a quand même été une super chouette lecture. Déjà ça se passe en Ecosse donc j'ai envie de vous dire que la moitié du travail était fait me concernant. De plus j'ai beaucoup aimé le style de l'auteure et honnêtement les seuls petits détails qui ne m'ont pas plu concernent des raccourcis pris dans le récit, cependant c'est inhérent à l'exercice de la nouvelle et à mon avis si cela avait été un roman complet j'aurais sûrement été encore plus séduite. Clairement je relirais cette auteure avec plaisir.

Les deux nouvelles qui m'ont quant à elle été agréables sans pour autant me transporter sont La fille qui m'a rendu fou de Juliette Bonte et Un homme comme lui de Charlotte Orcival. Si j'ai un reproche commun à faire à ces deux nouvelles, c'est à dire beaucoup trop de clichés et de prévisibilité, j'ai tout de même passé un bon moment avec les personnages et j'ai tout de même apprécié les plumes des auteures.

Par contre, on termine avec le sujet qui fâche, je n'ai pas du tout accroché à Avec toi, ailleurs, c'est ici de N.C. Bastian et Souviens-toi de cette nuit de Lucie Castel. La première m'a fait l'effet d'une fanfiction un peu trop fantasmée, quant à la seconde j'ai tout de suite senti que cela ne passait pas et j'ai eu beau tenter de persister on était parti du mauvais pied cette nouvelle et moi. Après je ne ferme pas la porte aux auteures et peut-être, si j'en ai l'occasion, lirais-je certains de leurs romans par la suite, par contre avec ces petits ratés je pense que j'essaierais de trouver des extraits à lire avant de m'engager dans des romans complets.

Ainsi je reste donc sur une note moyenne pour ce recueil de nouvelles car en faisant le bilan y'a eu plus de moyen ou mauvais pour moi que de très positif. Néanmoins je ne regrette pas de l'avoir lu car cela m'a conforté dans mon idée de lire certaines auteures et surtout ça m'a également permis de découvrir d'autres plumes qui m'intriguent et que je retrouverais avec plaisir dans des œuvres complètes.

Recap des notes :
N. C. Bastian – Avec toi, ailleurs, c’est ici (1.5/5)
Emily Blaine – Tombée pour toi (5/5)
Juliette Bonte – La fille qui m’a rendu fou (3/5)
Lucie Castel – Souviens-toi de cette nuit (1.5/5)
Louisa Méonis – Toi + moi = le compte est bon ! (5/5)
Charlotte Orcival – Un homme comme lui (3/5)
Hélène Philippe – Là où ton cœur me porte (4/5)





Merci aux éditions Harlequin et à NetGalley pour cette lecture.

lundi 9 juillet 2018

Bilan Mensuel #63 || Juin 2018

Ce mois-ci j'ai lu 3 romans, 1 BD, 1 manga, ai écouté 1 livre audio et ai abandonné 1 roman.
Soit un total de 1769 pages pour une moyenne de 3.6/5.

Un tout petit mois mais je m'y attendais entre les rendez-vous, les préparatifs de vacances, le beau temps etc... J'ai quand même réussi à écouler 3 SP et demi (le demi étant celui que j'ai abandonné après une centaine de pages) et j'en avais commencé un autre que j'ai terminé tout début Juillet donc j'ai peu lu mais j'ai lu utile. Je pense par contre que Juillet sera plus productif avec le calme et la détente des vacances ;)
(d'ailleurs je réédite cette article depuis mes vacances, l'article original a disparu de mes brouillons sans prévenir une fois de plus, et c'est donc un mini-spoiler que de vous dire que ce septième mois de l'année est d'ores et déjà plus productif)

Livres : 
- 7 Lettres (4/5)
- The Princess Diarist (4/5) (écouté en audiobook)
- Shadow Magic (4/5)
- Batman : Nightwalker (5/5)

Abandonné :
- Leah à Contretemps (1/5)

Mangas :
- Ekhö, volume 2 (4/5)
- The Promised Neverland, volume 1 (5/5)


Les Objectifs 2018
  • Pas de pression à propos du blog -> Réussi. Clairement niveau tenue du blog ce mois de Juin a été une catastrophe puisque j'ai toujours autant d'articles de retard, dont certaines chroniques qui n'attendent que d'être tapées depuis plus d'un mois déjà. Néanmoins cela ne m'a pas particulièrement stressée puisque comme je le disais en début d'articles j'ai été pas mal occupée en ce mois de Juin et malheureusement je n'ai pas encore trouvé le moyen de me dédoubler x) Je pense d'ailleurs que Juillet ne sera pas beaucoup plus productif, je suis en vacances quasiment tout le mois, mais j'espère pouvoir consacrer plus de temps au blog en août :)
  • Lire 100 livres/mangas/BD durant l'année -> 58/100. D'après Goodreads je suis encore et toujours en avance sur le rythme idéal pour atteindre mon objectif donc ça me va totalement ! 
  • Ecouter un album dans les nouveautés Spotify -> Réussi. Ce mois-ci je n'ai toujours pas pris de risques puisque j'ai écouté le nouvel album de 5SOS : Youngblood... et je l'ai adoré ! Clairement y'a eu une grosse évolution entre leur album précédent et celui-ci mais moi ça me va totalement.

jeudi 28 juin 2018

Batman : Nightwalker









Éditeur français : Bayard
Date de sortie française : 23 Mai 2018
Traducteur : Urien Emmanuelle
Nombre de pages : 359
Prix : 16€90
A partir de 14 ans









À 18 ans, Bruce Wayne est le plus jeune milliardaire du monde. Mais le jeune homme a soif de justice : alors que le gang des Nightwalkers terrorise Gotham City, il tente d’arrêter l’un de ses membres à la place de la police. Il est donc condamné à un service d’intérêt général à l’asile d’Arkham, le centre pénitentiaire pour les criminels les plus dangereux de la ville. Sur place, Bruce rencontre la troublante Madeleine et comprend qu’une grave menace pèse sur lui : Les Nightwalkers s’attaquent aux riches, et Bruce est le suivant sur leur liste…

Je crois que c'est un secret pour personne mais je suis clairement et indubitablement Team Marvel. Pour moi entre le MCU (aka l'univers ciné Marvel) et ce que la franchise DC ose appeler des films (ou séries d'ailleurs), il y a plus qu'un monde. Reste que j'ai toujours plutôt bien apprécier les comics DC que j'ai pu lire et donc j'étais assez intriguée par cette séries Icons qui propose de suivre la jeunesse des personnages emblématiques de l'univers via la plume d'auteurs YA très populaires. Si j'ai sauté le premier volet publié, car c'est Wonder Woman et que je suis pas fan de ce personnage, j'étais hyper contente d'être invitée lors d'une masse critique privée à découvrir la version YA de Batman. Double joie : c'est écrit par Marie Lu donc j'ai adoré la trilogie Legend. Je partais donc fort intriguée en commençant cette lecture et je dois dire que j'en suis ressortie carrément conquise !

Dans Nightwalker on découvre Bruce Wayne alors qu'il fête ses dix-huit ans et s'apprête donc à recevoir l'héritage des Wayne. La première crainte qu'on pourrait avoir c'est certainement celle de se retrouver dans un environnement lycéen qui semble clairement d'emblée à l'opposé de l'univers de Batman. Il a beau être encore un adolescent dans ce roman, pas sûre que personnellement j'aurais été prête à suivre Bruce dans ses péripéties à l'école. Néanmoins le roman reste à 99% du temps hors du milieu scolaire, le plus qui s'en approche c'est une scène à la remise des diplômes, et finalement on est donc dans un univers totalement proche de celui de Batman malgré le jeune âge de son héros.

J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la façon dont Marie Lu a choisi d'écrire Bruce Wayne. Il est clairement très différent du personne adulte et sombre, néanmoins on a pas de mal à imaginer comment il finira par devenir le Batman qu'on connait si bien. On croise également plusieurs protagonistes qui sont familiers pour quiconque connait un peu l'histoire du super-héros et c'est toujours très sympathique d'avoir ces clin d’œils qui surgissent à divers moments du récit.

Maintenant je dois dire que la plupart des personnages du roman, hors Bruce, sont assez facilement oubliables. Notamment la mystérieuse Madeleine que le jeune homme rencontre à Arkham. Je suis sympa quand je suis dis mystérieuse ceci dit car il y a peu de surprises concernant ce personnage et on se demande bien pourquoi Bruce est tellement intrigué. Honnêtement au final Madeleine c'est une espèce de version low-cost de Catwoman et j'ai clairement pas été convaincue. Si ce personnage avait été plus intéressant et surprenant je pense d'ailleurs que le roman aurait pu être un coup de cœur. Y'aurait vraiment eu matière à plus développer, surtout que le roman est assez court donc il restait de quoi faire quelque chose de plus dense et approfondi sans pour autant se perdre.

Reste que Batman : Nightwalker est un roman qui se dévore en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et qui permet de passer un vraiment chouette moment. Honnêtement je suis un peu déçue que ce ne soit pas le début d'une trilogie par exemple, j'aurais été carrément partante pour rester aux côtés de ce Bruce Wayne encore un peu !






Merci à Babelio et aux éditions Bayard pour cette lecture.

mardi 26 juin 2018

Shadow Magic - Tome 1










Éditeur français : Seuil
Traductrice : Amélie Sarn
Sortie française : 07 Septembre 2017
Nombre de pages : 384
Prix : 17€ (11.99€ en numérique)









Depuis plusieurs siècles, six maisons de magie se partagent le monde.

Lilith Ombreuse n'était pas destinée à diriger le royaume de Géhenne, ancienne terre des non-vivants. Depuis l'assassinat de sa famille, pourtant, la voici seule héritière de la maison Ombreuse.
Mais comment maintenir l'ordre en son château alors que la magie est interdite aux filles ?
Devra-t-elle épouser le fils de la maison Solaire, ennemie jurée de sa famille ?
Et comment éviter que le complot qui lui a pris ses parents ne l'emporte, elle aussi ?
Ronce, un jeune paysan devenu esclave, pourrait bien être l'allié qui lui manque. Son esprit libre et son courage, en tout cas, pourraient l'aider à braver bien des interdits…
Et à déjouer la conspiration diabolique qui menace le royaume !

Dès les premières pages de Shadow Magic Joshua Khan nous projette dans son univers sombre et fascinant avec une déconcertante facilité. C'est toujours la difficulté dans les tomes 1 de séries fantasy : trouver le juste équilibre entre trop de détails qui alourdissent le récit ou au contraire trop peu d'explications qui nous laissent sur un rendu flou et brouillon. Ici pas de soucis de tomber dans un extrême ou l'autre. L'auteur a beau nous lancer sans filet dans son univers, on arrive assez facilement à l'apprivoiser au fil des pages de manière très graduelle et naturelle.

Il faut dire que le style de l'auteur est très fluide et agréable. L'univers et les personnages se construisent très bien alors que l'histoire évolue et on a pas de mal à s'attacher aux protagonistes ou à se repérer. D'ailleurs je dois dire que les protagonistes principaux, Ronce et Lilith, sont parfaitement complémentaires et puisqu'ils viennent de parties totalement différentes du monde dans lequel se déroule l'histoire ils nous permettent là encore d'avoir accès à différentes nuances de manière assez naturelle pour que cela ne paraisse pas lourd.

A côté du duo formé par nos deux héros, pas mal de personnages secondaires gravitent avec chacun leurs secrets et leurs surprises. Si en jeunesse on peut trop souvent craindre d'être face à des préceptes assez manichéens ce n'est pas le cas dans Shadow Magic. Rien n'est tout noir ou tout blanc, les apparences sont bien plus souvent trompeuses que le contraire, et Joshua Khan joue sur cela pour glisser quelques surprises dans son récit. Clairement ce n'est pas l'histoire la plus surprenante du genre mais les péripéties des personnages ne sont pas pour autant cousues de fil blanc et c'est tout de même très agréable.

Ainsi Shadow Magic est un premier tome de saga très prometteur. Dans un univers sombre où rien n'est ce qu'il semble être, Joshua Khan nous embarque à la suite d'un duo de protagonistes plein de potentiel. Les pages se tournent toutes seules et c'est un vrai voyage envoûtant qui s'offre à nous en compagnie de Ronce, le jeune esclave, et Lilith, l'héritière de l’inquiétante maison Ombreuse.






Merci à Babelio et aux éditions Seuil pour cet envoi.